- CAMM - https://www.camm.be -

BMW 320d EfficientDynamics (F30)

[1] [2] [3]

En pleine expansion depuis quelques années, le constructeur allemand BMW continue son assaut en renouvelant son modèle phare : la Série 3. Premières impressions sur celle qui devra, pendant au moins six ans, tenir tête aux Mercedes-Benz Classe C et Audi A4 ainsi qu’à d’autres nouvelles venues comme la Lexus IS.

Récemment, j’ai eu l’opportunité d’essayer – en vue d’un éventuel futur achat – la toute nouvelle BMW série 3 (nom de code « F30 ») pendant un peu plus d’une heure. L’occasion de livrer sur ce blog mon sentiment général sur la nouvelle berline, fer de lance (et meilleure vente) de la marque bavaroise depuis de nombreuses années. La 320d constituera à n’en point douter la majorité des livraisons ; sa version standard ne fournit pas moins de 184 cv (la première 320d en offrait 136), mais une version de 163 cv est également disponible pour la Belgique et son régime de taxes lésant. Enfin, une version « EfficientDynamics » de 163 cv (uniquement) est également disponible et revendique une consommation plus faible (4,1l/100 km au lieu de 4,5) au détriment (très relatif) des performances et du dynamisme (jantes 16 pouces uniquement). C’est cette dernière qui m’a accompagné pour une petite ballade sur mes routes habituelles, en voici donc mes premières impressions !

Évolution dans la continuité

IMAG0127_2 [4]Contrairement à la série 1 qui a pris le pari de sortir des sentiers battus avec son design controversé, la nouvelle série 3 reste dans les rangs de ses devancières. Son profil est très proche de la précédente version (« E90 »), avec une ceinture de caisse pratiquement identique. Le porte-à-faux arrière de la nouvelle berline semble un peu plus court que sur sa grande sœur, traduisant un empattement allongé qui profitera tout naturellement aux passagers arrières. L’arrière se révèle sans surprise, puisqu’il est très proche de celui de la série 5 à quelques détails près. C’est donc bien à l’avant que l’auto innove le plus, avec ses optiques redessinées s’étendant carrément jusqu’aux « naseaux » identitaires de la marque. On remarquera également le dessin du capot, plus plongeant et plus accentué que par le passé. Dans l’ensemble, la conception extérieure n’a donc rien de révolutionnaire, et cette nouvelle série 3 n’émeut pas par ses lignes – bien qu’elles soient tout-à-fait convenables et appréciables.

Le concept de « lines »

IMAG0026_2 [5]Introduit sur la dernière BMW série 1, le concept de « lines » permet de configurer sa future acquisition selon une certaine direction stylistique offrant des prises d’air extérieures spécifiques, des exécutions en plastique noir ou chromé, des coloris intérieurs propres (tant au niveau des sièges que du tableau de bord), des encarts décoratifs variés ainsi que l’utilisation de certains matériaux haut de gamme. La nouvelle série 3 propose trois lignes stylistiques : « Modern », « Luxury » et « Sport ». La première entend mettre en avant le design innovant de la « F30 », notamment avec des éléments extérieurs chromés et un intérieur crème (y compris le tableau de bord) paré d’inserts de qualité. La seconde préfère donner un style plus luxueux à la berline, avec des tons classiques mais des matériaux très élégants et travaillés (particulièrement la qualité des sièges en cuir). Enfin, la ligne « Sport » appuie les qualités sportives de la série 3 avec des éléments extérieurs noir laqué et un intérieur sombre mêlant tableau de bord noir, sièges sport (noirs, gris, rouges) et inserts décoratifs en aluminium (ou noir mat). Ces « lines » sont censées refléter les préférences connexes des futurs acheteurs (par exemple les sièges sport offerts de facto pour la ligne « Sport ») et le moins que l’on puisse en dire, c’est que le pari est réussi.

La voiture que j’ai pu essayer était dotée de la IMAG0004_2ligne « Modern ». Extérieurement, les petites touches propres à cette version sont très réussies et mettent effectivement en avant les nouvelles lignes de la série 3, surtout pour la partie avant et ses naseaux équipés de barrettes chromées. À l’intérieur, l’habitacle est une vraie réussite et contribue à rehausser la qualité d’ensemble du véhicule. Sur la ligne « Modern » testée, il faut aimer le coloris crème du tableau de bord (ce qui n’est pas mon cas), mais quoi qu’il en soit les matériaux sont de bonne facture, la qualité perçue est en progrès, et certains éléments chromés (autour du volant ou des commandes de climatisation) sont vraiment les bienvenus. Mon coup de cœur reste l’habitacle proposé par la ligne « Sport », tout simplement superbe !

Sur route : c’est bien une BMW

IMAG0129_2 [6]Comme la plupart des BMW, cette nouvelle série 3 offre une position de conduite idéale, et il est très facile de trouver son bonheur en réglant avec précision le siège (hauteur, dossier, basculement, éloignement) et le volant (hauteur et profondeur). Ce dernier s’avère ergonomique et sa petite taille permet une prise en main rapide et vraiment confortable. Ainsi, cette berline n’est pas plus difficile à manier qu’une petite citadine. Les commandes sont intuitives et tombent sous la main ; cette observation est cependant à prendre avec prudence vu que je conduis déjà une BMW au quotidien. Les habitués ne seront pas perdus, dans tous les cas, mais il ne seront également pas surpris.

Sur route, le moteur de cette 320d EfficientDynamics se révèle « coupleux » et disponible à bas régime, offrant un véritable coup de pied aux fesses lorsque l’on enfonce la pédale. Son dynamisme en fait à coup sûr une référence pour sa catégorie, avec un poids contenu (1490 Kg) et un 0 à 100 km/h abattu en 8 secondes (7,5 secondes pour la 320d « normale » de 184 cv). Par ailleurs, le confort de roulage reste perfectible même s’il est en progrès. Équipée de jantes 16 pouces, la 320d EfficientDynamics laisse tout de même ressentir les irrégularités de la route au sein de l’habitacle. Un manque de confort qui, bien sûr, sera intensifié en chaussant la série 3 de jantes 17, 18 voire 19 pouces. Parallèlement, le tarage des amortisseurs standards manque légèrement de dynamique et favorise le roulis dans les virages, surtout dans les rond-points. L’insonorisation, quant à elle, est très bonne et laisse bien souvent l’impression que l’on ne roule pas assez vite… au risque de se surprendre bien au-delà des limitations !

La technologie, la véritable révolution

Finalement, cette nouvelle BMW série 3 se montre très proche de sa devancière sur de nombreux points. Heureusement, quelques nouveautés technologiques non négligeables viennent enrichir l’expérience de conduite ainsi que l’impression générale que cette automobile m’a laissé. Parmi les équipements que j’ai eu l’occasion de tester, la nouvelle boîte automatique à 8 rapports (!) sublimée par les palettes au volant s’avère tout bonnement excellente. IMAG0133_2 [7]Les rapports, très bien étagés, permettent une conduite très souple et sans le moindre à-coup lors de leurs passages. Les reprises ne sont pas en reste, elles se montrent rapides et directes. L’agrément de conduite est également mis à l’honneur, que ce soit en mode purement automatique (idéal pour la ville) ou en mode « manuel » où les vitesses peuvent être passées au volant. Que l’on veuille conduire tranquille ou que l’on préfère s’amuser un peu, on trouvera son bonheur dans cette boîte auto.

Un autre point fort : la possibilité de sélectionner son mode de conduite, parmi « Eco Pro », « Confort », « Sport » et « Sport + ». Le mode « Eco Pro » permet évidemment de réduire la consommation de carburant, notamment en diminuant la réactivité de la pédale d’accélérateur ou en optimisant certaines fonctionnalités comme la climatisation. A contrario, les modes « Sport » et « Sport + » rendent le moteur plus réactif, les accélérations plus franches et la direction un peu plus dure, plus précise et plus incisive (« Sport + » désactive également les aides à la conduite comme l’ESP). Le mode confort se situe bien sûr entre les deux et privilégie le confort à bord, en agissant particulièrement sur le réglage des suspensions dynamiques (optionnelles) et de la direction. Quelque soit votre humeur, cette nouvelle série 3 saura s’y adapter et répondre à vos attentes. Bien vu !

Conclusion

Si cette nouvelle série 3 se montre au premier coup d’œil très proche de celle qu’elle remplace, son habitacle de qualité supérieure, ses lignes d’équipements et ses évolutions technologiques apportent heureusement de réelles nouveautés ainsi qu’un agrément de conduite non négligeable. On retrouvera dans cette « F30 » les ingrédients qui ont fait le succès des précédentes moutures : dynamisme, mécaniques au top, qualité de finition et équipements abordables. Cependant, certains défauts restent encore largement perfectibles tels que le confort de roulage ou le tarage des suspensions. Dans tous les cas, cette série 3 mérite totalement son nom et conviendra à merveille aux habitués. Ceux qui recherchent le dépaysement devront plutôt, hélas, se tourner vers la concurrence.

[1] [2] [3]