Tout sur l’habitacle de la Ford Mustang !

Après avoir tenté de couvrir au mieux les performances de la nouvelle Ford Mustang Ecoboost, voici une nouvelle vidéo dédiée cette fois à l’habitacle de ce véhicule hors norme. Les critiques sont unanimes : la sixième génération offre un intérieur meilleur en tous points que les modèles précédents. Concrètement, par quoi cela se traduit-il ? Les matériaux sont-ils de bonne facture, quelle est la qualité d’assemblage et quid du confort ? Toutes les réponses se trouvent ici !

Il faut bien le reconnaître, l’habitacle de la nouvelle Ford Mustang ne laisse pas indifférent. Au premier regard, on distingue directement les origines américaines du véhicule ainsi qu’une indiscutable inspiration du modèle original de 1964. L’intérieur est sombre, mêlant agréablement les tons noirs et les accents en aluminium — qu’ils soient véritables ou non. Sentiments d’espace et de confort sont au rendez-vous, le véhicule étant large et offrant plus de place que nécessaire à l’avant, au détriment de la banquette arrière quelque peu négligée et réservée aux petits formats. La qualité perçue est très bonne, c’est sportif voire chic, même si en investiguant en profondeur, certains matériaux révèlent une qualité et une durabilité discutable… nous sommes un cran en deçà des standards de luxe à l’allemande ! Par contre, le confort de haut niveau et l’assemblage précis sans bruit parasite vous feront vite oublier cette comparaison avec nos véhicules européens de référence, la Mustang s’avère ainsi idéale pour les longs voyages.

Sans plus tarder, je vous propose de découvrir tous les détails de l’habitacle dans la vidéo ci-dessous. Les sujets suivants sont couverts sous toutes leurs coutures : le style général, les finitions, les sièges, l’ergonomie, les rangements et la vie à bord.

Que faut-il retenir de cette vidéo ? Voyons point par point quels sont les éléments les plus intéressants selon la catégorie couverte.

Style Général

Le tableau de bord s’inspire de la première génération de la Ford Mustang, sortie en 1964 aux Etats-Unis. Le style de l’habitacle est « néo-rétro », un mélange du passé et de notre époque contemporaine. L’habitacle est très sombre, avec des plastiques de couleur noire (et non gris foncé comme auparavant), un ciel de toit noir, de la moquette noire ainsi que, pour trancher, de nombreux éléments en imitation aluminium. L’ensemble de cet intérieur est cohérent et donne un sentiment d’espace.

Finitions

La qualité perçue est très bonne : en balayant l’habitacle du regard, on y voit des matériaux de qualité, beaucoup de cuir, des coutures et de l’aluminium. Après inspection, certains matériaux sont effectivement de très bonne qualité comme les sièges et leur cuir, les pédales, le haut du tableau de bord, la console centrale (où se trouve le SYNC2) et le haut des contre-portes. D’autres sont plus décevants, comme la colonne centrale ou les vide-poches dans les portières dont le plastique dur et creux peut se griffer facilement. Toutes les pièces « aluminium » semblent, de plus, être davantage composée de plastique que de métal. Heureusement, l’assemblage est très bon, les boutons et commandes ne tremblent pas alors que l’ensemble de l’habitacle ne souffre d’aucun bruit parasite, à l’exception de quelques couinements ponctuels près des compteurs.

Les Sièges

Les sièges sont très confortables, pas trop durs (moins durs que dans un véhicule allemand). On s’y enfonce un peu. Cela dit le maintien est tout de même au rendez-vous, tant au niveau du torse que des jambes. Le cuir est de très bonne qualité, très souple, peut-être même un peu trop. Le dessin du cuir ainsi que ses coutures sont de bonne qualité, les perforations ajoutent une touche sportive. Le siège conducteur est réglable électriquement sur la longueur et la hauteur, le soutien des jambes et du bas du dos également. Seule l’inclinaison du dossier du siège se fait manuellement. A l’arrière, la banquette est confortable bien que dédiée à des personnes de petite taille. La place au genoux n’est franchement pas exceptionnelle et dépendra beaucoup de la taille du passager à l’avant ! Il n’y a place que pour deux personnes.

Les Rangements

La Mustang se veut aussi routière que sportive et propose donc un bon nombre de rangements qui tombent à pic. La boîte à gants est large et profonde, elle contiendra tous les papiers du véhicule sans problème, et plus encore. Les vide-poches des contre-portes ont une capacité plus importante qu’il n’y paraît, vérifiez bien la place qui s’y cache ! Sur la colonne centrale trouve-t-on deux emplacements pour boissons, cendrier(s) ou autre. Sous l’accoudoir, un profond espace de rangement réfrigéré vous permet de stocker quelques objets en tout genre. Près du levier de vitesse, un petit espace vous permet de poser vos clés ou un téléphone portable alors qu’à gauche du volant se cache un tiroir pour vos lunettes de soleil ! A l’arrière, on notera juste les quatre crochets pour veste ainsi que le « filet » en cuir derrière les sièges. Enfin, le coffre a une très bonne capacité, dans la moyenne pour un coupé.

Ergonomie

Les commandes classiques situées autour du volant ou sur les portières sont usuelles et bien placées, elles n’ont rien de compliqué. Le volant comporte beaucoup de boutons, mais tout est bien catégorisé, les rendant faciles à utiliser. Si le SYNC2 est plutôt intuitif, on regrettera qu’en dessous de ce dernier, les commandes des médias et de la radio prennent trop de place en plus d’être redondantes… ceci au détriment des commandes de climatisation peu ergonomiques. Les commandes modes de conduite, à l’ancienne, sont quant à elles simples à utiliser et beaucoup plus ergonomiques.

Vie à bord

Il est plutôt agréable de vivre à bord de la Mustang… si vous êtes à l’avant. En tant que conducteur ou passager, il y a beaucoup de place et l’on ne se sent pas du tout à l’étroit, au contraire, ceci notamment grâce à la largeur de la voiture. A l’arrière, par contre, évitez d’y installer des adultes ! Le chemin vers les places arrière est d’ailleurs périlleux : les sièges avant doivent impérativement être avancés à la main (électriquement), et le voyageur devra bien se contorsionner s’il veut éviter de laisser des traces de chaussures un peu partout dans l’habitacle. Pour monter à l’avant, on remarquera que les bas de caisse posent parfois problème, leur largeur ne facilitant pas le mouvement des pieds. Terminons sur une note positive en signalant que la visibilité est très bonne malgré le profil coupé, les montants du pare-brise n’étant pas trop épais, les vitres latérales avant étant très longues et la lunette arrière étant aussi longue que large.

5 commentaires

  • Merci et bravo pour ce blog et ces analyses perinentes. . Je souhaite acheter une Mustang Ecoboost….je vais franchir le pas… grâce à CAMM!!

    • Jérémie Chevalier

      Merci beaucoup ! Je vous le souhaite, de franchir le cap et de vous faire plaisir, car cette voiture est la définition même d’une voiture-plaisir, tout à fait hors du commun. J’espère que vous en profiterez bien vite !

  • Bonjour,
    J’ai découvert tes vidéos aujourd’hui. Je ‘like’ …
    J’ai moi-même une ecoboost depuis avril 2015, boîte manuelle. Concernant la conso, je suis très exactement à 10.88L/100 après un peu plus de 14.000 km (l’ordinateur indique 10.5). Je roule la plupart du temps en mode S+, car les sensations sont bien plus chouettes. J’ai roulé en SP98 les 3000 premiers km. Maintenant, je suis en SP95.
    Bien à toi.

    • Jérémie Chevalier

      Merci pour votre feedback ! Les performances restent-elles correctes avec de la SP95 ?

      • Tout à fait. Mais je vais faire quelques pleins avec du SP98 pour vérifier s’il y a un changement réel (conso & comportement). Je vous tiendrai au courant. A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *