Tout sur l’art secret du detailing avec Royal Car Wash !

Laver son véhicule, c’est tout un art ! Si pour certains l’opération se résume à mousser, éponger et rincer, les maniaques de l’automobile préfèrent déployer les grands moyens afin de nettoyer, mais aussi faire briller et protéger leur monture. Cet art répondant au doux nom de « detailing » s’avère complexe et nécessite tant de la dextérité que des bons produits. Mieux vaut donc s’en remettre à un professionnel ! Afin d’en savoir plus sur le detailing, ses rouages et ses avantages, j’ai poussé la porte de l’établissement « Royal Car Wash » à Spy. Brillance garantie !

Aaaah, le nettoyage de sa voiture. Pour certains, c’est un vrai calvaire alors que pour d’autres — comme moi, c’est un moment de pur bonheur. Pour Monsieur et Madame Tout-le-Monde, la besogne n’est pas exécutée plus d’une fois par mois et ce, dans des conditions parfois sommaires. Tant pis si les jantes ne sont pas totalement propres, s’il reste un peu de boue sur les bas de caisse ou s’il subsiste des trainées d’eau après le rinçage. Mais pour les passionnés d’automobile, généralement, le résultat du lavage doit être parfait ! Aucune saleté, aucune trace et de la brillance, beaucoup de brillance. Après tout, quoi de plus satisfaisant que de retrouver sa voiture aussi belle qu’au premier jour ?

Oui mais voilà, aujourd’hui, les produits d’entretien automobile se sont multipliés : shampoings, sprays, polish, cires, baumes, mousses, micro-fibres, peaux… la liste est longue et parfois compliquée ! Dans les grandes surfaces tout comme sur les étals des magasins plus spécialisés, on retrouve une kyrielle de produits miracles censés redonner de la brillance à la carrosserie de votre bébé, effacer les griffes, protéger la peinture ou encore repousser la pluie. Pour la plupart, hélas, ces articles offrent souvent une qualité inégale et une efficacité parfois douteuse. Pas facile, donc, de choisir le bon produit.

En se tournant vers Internet et ses nombreux sites de vente en ligne, les choses se compliquent : le choix est pléthorique, les articles se déclinent en une multitude de variantes, elles-mêmes classées dans de nombreuses catégories… Difficile de s’y retrouver ! Heureusement, des professionnels du « detailing » — l’art de laver, faire briller et protéger une voiture — peuvent vous aider à obtenir le résultat que vous désirez sans vous arracher les cheveux. Afin de mieux comprendre les tenants et aboutissants de cette activité de plus en plus rigoureuse, tout en vous les exposant pour clarifier les choses, j’ai rencontré l’un de ces professionnels. Situé à Spy (Belgique), l’atelier Royal Car Wash géré par Maël Meignen m’a ouvert ses portes pour une démonstration des plus convaincantes sur une très belle BMW 435d. Si vous pensiez que votre voiture était bonne pour un passage en carrosserie, revoyez votre jugement : les professionnels tels que Maël font bien plus que laver votre voiture ou la faire briller… ils restaurent sa peinture !

Plus qu’un lavage…

Jeune entrepreneur dynamique, Maël Meignen a créé Royal Car Wash il y a trois ans. Bien qu’il soit aujourd’hui occupé à temps plein par ses activités de detailing, ses débuts furent marqués par la nécessité de se constituer une clientèle sérieuse et fidèle. A l’époque, chaque véhicule était une opportunité, que ce soit une petite citadine ou une berline familiale. « C’était la voiture de la voisine, celle de la famille ou des amis » se remémore Maël. Petit à petit, alors que ce dernier gagnait en technique et en expérience — il a appris les ficelles du métier sur le tas, des clients plus exigeants mais aussi plus fortunés ont commencé à faire appel à ses services. Des propriétaires de supercars ou de véhicules ancêtres ainsi que des directeurs de concessions automobiles souhaitaient obtenir un lavage irréprochable, et même plus. Mais en quoi consiste un tel lavage ?

La première étape, dite de pré-lavage, consiste à recouvrir le véhicule d’une mousse active (au PH neutre). Son but : ramollir les saletés incrustées (insectes, fientes d’oiseaux, boue) et décoller les couches de poussières (le « voile routier »). L’opération permet ainsi de limiter au maximum l’apparition de micro-rayures dues aux salissures présentes sur la carrosserie. Déjà, l’opération nécessite un matériel professionnel (canon à mousse adapté et lance à haute pression), un produit de qualité et bien entendu… l’espace nécessaire. D’où l’intérêt de s’en remettre à un professionnel. D’autant plus que la mousse doit agir pendant au moins quatre minutes… difficile à réaliser au car-wash du coin ! Lors de cette étape, Maël va même plus loin : « J’utilise un nettoyant spécifique pour les jantes, confie-t-il, ainsi qu’un spray anti-insectes et un dégraissant. »

Ensuite, le véhicule est entièrement rincé à la lance haute-pression afin de faire partir le plus gros de la saleté. Heureusement, le detailing ne s’arrête pas là. La seconde étape du lavage doit être plus précise, affinée. Ici, le but est de nettoyer les moindres recoins de la voiture en plus du reste de la carrosserie. Pour ce faire, notre « detailer » utilise des gants-éponges bien spécifiques ainsi qu’un shampoing adapté, bref, un lavage effectué 100 % à la main ! Le gant-éponge permet d’ailleurs de faufiler ses doigts dans les replis les plus difficiles d’accès. Un moment de communion avec la voiture, pourrait-on presque dire. « Le gant n’est pas toujours suffisant pour les jantes, souligne Maël, j’y vais souvent à la brosse, parfois même au pinceau ! » Sur demande, celui-ci va même jusqu’à déposer la jante afin de nettoyer son côté intérieur, d’une part, mais également les freins, le moyeu, l’amortisseur et le passage de roue. Quand on vous dit que certains clients sont exigeants.

Le second rinçage intervient alors, avec une eau déminéralisée pour éviter les trainées blanches dues au calcaire. Il n’est alors pas question d’attendre que la voiture sèche, cela risquerait de laisser quelques traces. Le séchage doit donc s’effectuer avec des peaux absorbantes, puis à la microfibre pour une finition parfaite. La petite touche de Royal Car Wash repose ici sur l’utilisation d’un canon à air permettant d’évacuer l’eau là où elle a tendance à stagner : dans les rétroviseurs, autour des vitres, derrière la trappe à carburant ou encore dans les interstices de la carrosserie (portes, coffre, etc.).

Vous pourriez croire que le lavage du véhicule s’arrête là… mais c’est sans compter sur la phase de décontamination ! Celle-ci m’était presque étrangère et obscure avant que Maël n’éclaire ma lanterne. Ce traitement consiste à retirer, à l’aide d’une barre d’argile, les dernières traces de goudron, le film routier ou les poussières de freins qui pourraient encore subsister. Et lorsqu’on contemple une telle barre d’argile usagée, on ne peut que confirmer que de telles impuretés persistent bel et bien sur la carrosserie. Entièrement réalisée à la main sur l’ensemble du véhicule (et pas seulement les parties basses), cette intervention prend à elle seule environ une heure.

J’allais presque oublier : l’intérieur peut également faire l’objet d’un nettoyage en profondeur. L’aspiration des poussières constitue bien sûr la première étape. Ensuite, les sièges peuvent être généreusement nettoyés à l’aide de produits dédiés — vous seriez étonnés de redécouvrir votre cuir après un tel entretien. Enfin, les plastiques tachés redeviennent comme neufs après l’utilisation d’une mousse nettoyante et d’un spray rénovateur. Voilà que votre voiture est aussi propre qu’au premier jour. On pourrait s’arrêter là, mais le detailing offre bien plus !

… une véritable restauration !

Tout véhicule usagé, même récent et non accidenté, présente toujours des micro-rayures dans le vernis ou d’autres taches uniquement visibles sous un certain angle. Observez bien votre carrosserie sous un soleil couchant (ou en cas de pluie, avec une bonne lampe à LED) et vous verrez apparaître ce genre d’imperfections. Les causes peuvent être multiples : fientes d’oiseaux, pluies acides, feuilles d’arbre, vêtements ou même votre propre éponge. De même, les lavages répétés à l’aide de brosses non adaptées ou pire, via un car-wash automatique (vous osez ?!) font apparaître des « swirls », c’est à dire de petites griffes concentriques entamant le vernis. D’autres griffes, plus profondes, peuvent survenir lors de petits accrochages ou par vandalisme. Pour autant que ces dommages ne touchent que le vernis, il est possible de les faire disparaître… entièrement et définitivement ! La solution, c’est le polissage. Et ça, c’est vraiment un truc de pro.

La première chose à savoir quand on souhaite effectuer un polissage digne de ce nom sur son véhicule, c’est de masquer certaines de ses parties comme les phares, le cerclage des vitres ou les divers sigles à l’aide de l’adhésif de protection approprié. Chez Royal Car Wash, par exemple, c’est une étape indispensable avant d’attaquer la carrosserie à la polisseuse.

Mais la restauration des rayures ou autres griffes ne s’effectue pas qu’avec un polish, justement. Cela m’a étonné, d’ailleurs, mais Maël atténue les dégâts les plus importants en effectuant un ponçage à l’eau avec du papier abrasif (grains 3000, 2500 et 2000). « Aujourd’hui les couches de vernis sont énormes, précise-t-il, ce qui permet de poncer sans trop de soucis ! » Après ce premier ponçage qui n’est pas toujours nécessaire, c’est le moment d’utiliser la fameuse machine à faire briller, la polisseuse. C’est souvent à ce stade que les néophytes s’y perdent et abiment parfois davantage leur voiture qu’ils ne la restaurent. En effet, une polisseuse peut faire des dégâts si elle n’est pas correctement manipulée. « Parfois, je dois retravailler la voiture qu’un client a essayé de polir, car son travail a laissé des hologrammes. »

Il y a deux types de polisseuses : les orbitales et les rotatives. Les premières simulent un mouvement naturel de la main en effectuant des cercles excentrés sans dégager de chaleur. Leur utilisation n’est donc pas dangereuse, mais parallèlement, elles sont moins efficaces. Les secondes réalisent des rotations parfaitement centrées, ce qui a pour effet de chauffer le vernis et donc d’estomper les rayures. Cependant, elles peuvent également laisser de très vilaines traces si elles ne sont pas utilisées correctement. Soucieux de fournir un service de qualité, Maël utilise quant à lui une polisseuse roto-orbitale : le meilleur des deux mondes. Pour les parties plus délicates comme les montants de pare-brise ou les rétroviseurs, il se sert d’une plus petite polisseuse orbitale. De quoi assurer d’excellentes prestations.

Quiconque a déjà voulu acheter du polish pour sa voiture sait à quel point le choix peut être difficile, avec ces nombreux termes anglais, ces différentes marques et ces indications contradictoires. Faisons un peu le point sur ce produit essentiel à la restauration d’une peinture. Tout d’abord, certains produits sont plus abrasifs que d’autres. Se qualifiant parfois par le terme « compound », ceux-ci doivent s’utiliser avec le « pad » approprié (sorte d’éponge plus ou moins rugueuse s’adaptant sur la polisseuse). Ensuite, les polish les plus forts rectifient ou font disparaître les rayures les plus profondes et les plus visibles. Cependant, ils en laissent généralement de plus petites ! C’est alors qu’il est nécessaire d’utiliser d’autres équivalents moins puissants pour une finition impeccable. Par ailleurs, la vitesse de rotation est également importante lors de cette opération… Rien n’est laissé au hasard !

Enfin, d’autres polish, plus fins et non abrasifs, permettent de faire briller la carrosserie plutôt que de la réparer. Nommés « sealants » ou « glazes », ils représentent la base du lustrage — la dernière phase requérant l’utilisation d’une polisseuse. Cette étape est réalisée sur toutes les voitures et il se peut d’ailleurs que certaines d’entre elles, peu abimées, ne nécessitent que ce traitement ravivant l’éclat de la couleur tout en intensifiant ses reflets. Vous l’aurez compris, la restauration est une étape qui peut prendre du temps : « Selon le nombre de rayures et leur ampleur, la restauration peut prendre de vingt à septante heures. » Le detailing, ce n’est pas une mince affaire !

Et la protection dans tout ça ?

Après le nettoyage et la restauration de la carrosserie subsiste une troisième étape essentielle pour une remise à neuf du véhicule : la protection de la peinture. Ce n’est pas le tout de laver et de faire briller, il faut aussi protéger ! Mais contre quoi ? Comme nous l’avons abordé plus haut, de nombreux éléments naturels peuvent attaquer les parties les plus exposées du véhicule : pluies, poussières, graviers, fientes, insectes, etc. Une carrosserie traitée correctement subira beaucoup moins de dommages contres ces inévitables attaques. De plus, il sera plus facile de la nettoyer par la suite : les saletés y adhéreront moins facilement, la pluie ruissellera sans accrocher (traitement hydrophobe) et les poussières ne resteront pas en place. Alors, pourquoi s’en priver ?

Globalement, il existe trois types de traitements. Premièrement, les cires naturelles et notamment la fameuse « Carnuba wax ». Ce sont des produits qui s’appliquent à la main à l’aide d’applicateurs en microfibre et d’une bonne dose d’huile de coude. Ces cires ont une longévité assez limitée mais offrent une très, très belle brillance chaude. Elles sont parfaites pour les show-rooms, les présentations, les événements. Pour une meilleure persistance de la protection, on optera plutôt pour une cire « hybride » non naturelle. Hélas, celle-ci a le désavantage de briller beaucoup moins. Dans les deux cas, un petit temps de séchage doit être accordé aux cires avant d’être nettoyées à l’aide d’une microfibre à poils courts.

Chez Royal Car Wash, un autre traitement de protection innovant et très efficace est proposé : la protection céramique. Il s’agit d’une sorte de verre liquide dont on enduit la carrosserie à l’aide d’un tampon spécifique. Pour que le résultat soit optimal, Maël est partenaire agréé Fictech, fournisseur de l’une des meilleures céramiques actuelles en Belgique : le Car Lift® Ceramic Quartz. Ce produit fournit une protection étonnante contre les attaques naturelles citées plus haut ainsi que contre les micro-rayures. Composée de nanoparticules de céramique, une couche de cet agent protecteur varie entre 0,7µ et 3µ d’épaisseur. De plus, elle ne s’élimine pas comme une simple cire : elle peut durer jusqu’à trois ans ! Les jantes peuvent également être traitées par ce produit miracle. Et même si le véhicule peut rester vulnérable aux griffes plus importantes ainsi qu’aux éclats liés aux cailloux et gravillons, la céramique offre une protection de base indispensable pour tout véhicule sorti de concession ou fraichement restauré !

Notons qu’un véhicule traité à la céramique peut continuer à être ciré de temps en temps pour donner une belle brillance chaleureuse. Quant aux pneus, ils se rénovent à l’aide de produits à base d’eau (effet mat qui tient moins longtemps) ou d’huile (effet brillant et durable). Après avoir reçu l’ensemble de ces traitements, la BMW 435d que j’ai pu photographier était tout simplement splendide : plus brillante que dans une concession, elle dévoilait des reflets profonds et denses… son gris anthracite était sublimé à la perfection. Jugez par vous-même !

Un mot sur Royal Car Wash

Grâce à Maël et Royal Car Wash, j’ai pu approfondir mes connaissances en detailing tout en vous présentant un résumé des différentes phases que comporte cet art du nettoyage, de la restauration et de la protection. Certaines étapes nécessitant du matériel professionnel ainsi qu’une expertise avérée, je vous conseille vivement de réaliser ces traitements via un atelier compétent. Alors si vous êtes de la région de Namur, n’hésitez pas, foncez chez Royal Car Wash !

Les prestations de Maël s’effectuent uniquement sur rendez-vous du lundi au samedi. Pour un lavage extérieur et intérieur complet ainsi que pour les petites retouches, il se déplace directement à votre domicile ou sur votre lieu de travail. Pour le service premium incluant une restauration complète avec différents niveaux de polissage ainsi qu’une protection à la cire ou à la céramique, les travaux s’effectuent en son atelier de Spy. En fonction de la quantité de travail à effectuer, l’opération peut durer plusieurs jours (au minimum trois). Cependant, pour les grosses prestations, Maël peut venir chercher votre véhicule et vous le ramener — l’objectif étant de vous faciliter les choses au maximum !

Sur le site web de Royal Car Wash (http://www.royalcarwash.be/), vous trouverez en détails les différents services qui vous sont proposés tout comme leur tarif respectif. En résumé, on retrouve :

  • Le pack « Classique » est un nettoyage complet du véhicule (extérieur et intérieur) selon les techniques décrites dans cet article, ainsi qu’une protection composée de deux couches de cire (une hybride et une Carnuba). Il peut s’effectuer à votre domicile, dure au moins trois heures et coûte entre 135 € et 155 € TVAC.
  • Le pack « Traitement Car Lift® » comprend un nettoyage préparant le véhicule à la pose du traitement céramique ainsi que, bien sûr, l’application du produit en question. Selon les parties à traiter (carrosserie, jantes, vitres, plastiques), la prestation varie entre 299 € à 499 € TVAC (six à dix heures de travail, uniquement au detailing center).
  • Le pack « Privilège » est la combinaison d’un nettoyage en profondeur (plus poussé encore que le pack « Classique ») et d’une restauration à la polisseuse sur différentes niveaux. Différentes options peuvent venir complémenter ces prestations qui débutent à 550 € TVAC (minimum deux jours de travail en atelier).

Cela dit, si ces quelques packs vous donnent une indication de prix, tout est modulable à souhait. Le client est en effet libre de s’orienter vers le nettoyage de l’une ou l’autre partie de son véhicule, d’appliquer ou non un produit pour pneus, de protéger uniquement la carrosserie ou également les jantes et les vitres, etc. N’attendez plus pour offrir à votre véhicule le traitement qu’il mérite et contactez Royal Car Wash au 0472/85.67.41.

Galerie photo

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *