- CAMM - http://www.camm.be -

Tout sur la nouvelle Ford Mustang européenne !

[1] [2] [3]

Ça y est, Ford a enfin sauté le pas ! La nouvelle Mustang arrive dans quelques mois en Europe, offrant une alternative abordable aux traditionnels coupés allemands dont les tarifs s’envolent de génération en génération. Pourvue du tout nouveau bloc 2,3 litres EcoBoost développant plus de 310 chevaux, cette légende a de sérieux atouts pour convaincre les conducteurs à la recherche d’un coupé mêlant sportivité et grand tourisme. Découvrez-la au travers de 65 photos européennes !

Ce n’est plus un secret pour personne : la toute dernière génération de Ford Mustang, icône emblématique de l’automobile américaine et porte-drapeaux des « Muscle cars » à travers le monde, va pour la première fois de sa carrière être vendue en concession sur notre vieux continent. Révélée officiellement le 5 décembre 2013, cette sixième génération classée comme modèle 2015 — fêtant par la même son cinquantenaire — arpente d’ores et déjà les routes du pays de l’Oncle Sam depuis l’été 2014. Chez nous, le bolide n’est pas encore disponible bien que la date de délivrance approche à grands pas. Ford a ainsi décidé de permettre aux européens d’apprivoiser les « Pony cars », ces coupés compacts au prix attractif et aux performances redoutables. Et avec raison : d’après le constructeur, plus de 2.200 commandes ont déjà été passées… alors que le véhicule n’est pas encore visible en concession !

Le constructeur américain a profité des élans printaniers du mois de mai pour diffuser une avalanche de photos officielles de la mouture européanisée de sa Mustang, à déguster en épilogue à cet article. Il est vrai qu’auparavant, il était difficile de trouver, sur la toile ou ailleurs, de véritables images de cette version européenne (bien qu’elle fut présentée officiellement au Mondial de l’Automobile à Paris, en octobre 2014). Par rapport à sa jumelle américaine, cette dernière se distingue par des blocs optiques et un pare-chocs dépourvus de feux de position oranges (obligatoires outre-Atlantique), alors qu’un porte-plaque fait logiquement son apparition à l’avant. A l’arrière, les feux composés de trois bandes rouges virent au blanc translucide, alors que les catadioptres rouges deviennent-elles, en Europe, oranges. Au centre du large diffuseur arrière, un dernier feu originellement blanc évolue vers le rouge et blanc pour l’Europe. Outre ce méli-mélo lumineux qui représente, somme toute, les seules véritables distinctions entre la Mustang américaine et sa cousine européenne, les plus observateurs d’entre-vous auront également remarqué le sigle du coffre qui, chez nous, est apposé sur une forte proéminence ronde — cachant certainement un déverrouillage mécanique de la malle.

Plus concrètement, la nouvelle Mustang se décline en deux versions de carrosserie et deux saveurs mécaniques : Fastback (Coupé) ou Cabriolet, pour la robe, ainsi qu’EcoBoost ou GT (V8) pour le groupe motopropulseur. La petite révolution, c’est bien ce nouveau bloc 2,3 litres EcoBoost qui constitue l’entrée de gamme de la nouvelle Mustang. Economique, turbocompressé, il offre la bagatelle de 313 chevaux pour 432 Nm de couple, assurant le 0 à 100 km/h en 5,8 secondes tout en promettant une consommation moyenne de 8,0 litres au 100 km pour un rejet de 179 g de CO2 par kilomètre. Des chiffres tout à fait raisonnables pour cette gamme de puissance. Mythique, rauque et bestial, le V8 — seul à conférer la mention « GT » à cette Mustang — offre quant à lui 415 chevaux pour 530 Nm et un 0 à 100 km/h abattu en 4,8 secondes. Chez nous, la version Ecoboost devrait représenter la majorité des ventes alors que le V8, surtaxé (299 g CO2 par kilomètre), sera réservé aux aficionados du pur sang américain. Dans les deux cas, une boîte automatique à six rapports avec palettes au volant est disponible en option. Aux Etats-Unis, une troisième motorisation historique est disponible : le V6 3,7 litres de 300 chevaux pour 380 Nm de couple. Prisée par les puristes et les ennemis de la turbo-compression, ce moteur n’avait toutefois pas de réelle pertinence chez nous, dans une fenêtre de puissance où l’EcoBoost sera sans doute privilégié — même si sa sonorité, décriée par les premiers essais américains comme européens, n’est pas à la hauteur du mythe.

Concernant la dotation de série, nos Mustangs européennes bénéficieront en standard du pack « Premium » qui, de l’autre côté de l’Atlantique, peut être sélectionné en option pour 4.000 $.  Ce pack comporte des jantes de 19 pouces, des sièges en cuir chauffants et climatisés, une climatisation électronique dual zone, un système audio doté de 9 haut-parleurs, le système multimédia SYNC 2 complet avec système de navigation (voir notre essai de la Ford Mondeo 1,6 TDCi [4]) et avertisseur d’angle mort (BLIS), et surtout, les différents sélectionneurs de mode de conduite. Ceux-ci sont au nombre de trois :

Parmi les autres équipements offerts de série peut-on citer le régulateur de vitesse, le déverrouillage automatique avec démarrage sans clé (bouton Ford Power), les phares LED automatiques, les essuie-glaces avec capteur de pluie, les rétroviseurs électriques avec commutation jour/nuit, les sièges électriques ainsi que de nombreuses touches d’aluminium dans l’habitacle. Une liste non exhaustive qu’il serait indécent de déballer dans ce billet, tant elle s’avère pléthorique.

Quid de l’accessibilité financière de cette légende ? Venons-en aux faits ! Le prix d’entrée est fixé, en Belgique, à 35.000 € pour la version Fastback EcoBoost en boîte manuelle, et 40.000 € pour son équivalent embarquant le V8 5,0 litres. A ce tarif, ajoutez 4.000 € pour obtenir la version cabriolet (soit 39.000 € pour une EcoBoost et 44.000 € la GT V8 décapotées). Pour la boîte automatique à six rapports avec palettes au volant, comptez 2.000 € supplémentaires — et ce quelque soit le moulin. Concernant les couleurs de carrosserie, les teintes métallisées se monnaient 700 €, exception faite du coloris Triple Yellow tri-coat, dont la valeur est de 1.300 €. Quant aux sièges, ils sont recouverts de cuir de série sans le moindre supplément. Néanmoins, une version « Recaro » est disponible à condition de débourser 1.800 €. Enfin, l’alarme Thatcham est proposée pour 400 € tout comme l’aide au stationnement arrière, alors que le système de navigation Premium avec 12 haut-parleurs et radio DAB se chiffre à 1.200 €. En bref, comptez environ 42.000 € pour une Mustang EcoBoost automatique suréquipée, ou un peu plus pour rouler cheveux au vent… et les oreilles aux premières loges. Des tarifs très, très intéressants, surtout lorsqu’on les compare avec ceux des concurrentes directement visées (tarifs belges) :

Bien sûr, ces concurrentes se distinguent largement sur d’autres paramètres comme la qualité des finitions, les performances, le confort ou encore l’équipement avant-gardiste. Cela étant, les futurs acquéreurs de cette nouvelle Ford Mustang européenne pourront tenir tête face à ces rivales et, surtout, prendre au moins autant de plaisir de conduite… pour un prix nettement moindre. Par contre, en Wallonie, comptez 495,26 € de taxe de circulation annuelle pour l’EcoBoost, ou 2.505,20 € pour le V8, rien que ça. Quant à la taxe de mise en circulation, celle-ci s’élève tout de même à 4.957 € de base pour les deux motorisations auxquels s’ajoutent 375 € d’éco-malus pour l’EcoBoost et… 2.500 € pour le V8. Vous voilà prévenu(e)s !

Enfin, notez que selon Ford Belgique, la bête ne sera disponible qu’à partir de l’automne 2015 et ne pourra être livrée que dans une poignée de « Ford Stores » triés sur le volet, parmi lesquels peut-on citer les concessions de Charleroi, Wavre et Seraing. Qu’attendons-nous pour pousser leur porte ?

Source : Communiqués officiels Ford of Europe.
Crédit photos : Ford Motor Company et James Lipman (www.jameslipman.com [5])

[6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15]
[16] [17] [18] [19] [20]
[21] [22] [23] [24] [25]
[26] [27] [28] [29] [30]
[31] [32] [33] [34] [35]
[36] [37] [38] [39] [40]
[41] [42] [43] [44] [45]
[46] [47] [48] [49] [50]
[51] [52] [53] [54] [55]
[56] [57] [58] [59] [60]
[61] [62] [63] [64] [65]
[66] [67] [68] [69] [70]
[1] [2] [3]