L’échappement de la Ford Mustang Ecoboost dans tous ses états !

C’est de loin son plus gros défaut : l’échappement d’origine de la Ford Mustang EcoBoost est en inadéquation totale avec la philosophie de la muscle car à l’américaine. Si l’on peut comprendre la volonté du constructeur de fournir une motorisation économique pour le vieux continent, pourquoi ne pas avoir un peu mieux travaillé ses vocalises, à l’instar de la Focus RS ? Cette nouvelle vidéo complète vous permettra de vous forger une opinion !

Sur la chaîne YouTube de CAMM, suite à la vidéo dédiée aux performances de la Ford Mustang 2,3L EcoBoost, de nombreux followers ont exprimé de toutes les façons possibles leur mécontentement face à la sonorité de son échappement d’origine. Pour beaucoup, ni le bloc 4 cylindres ni ses vocalises ne correspondent à l’esprit de la véritable Mustang made in US dont le V8 glousse superbement à bas régime tout en offrant des notes aiguës au fur et à mesure que le compte-tours s’envole. Une véritable drache de commentaires qui prouve que le constructeur américain a certainement sous-évalué la passion des européens pour les muscle cars.

Difficile de donner tord à tous ces passionnés d’automobile : si, en découvrant ma Ford Mustang Ecoboost, mes premières impressions quant à son échappement furent positives, il faut bien garder à l’esprit que cela faisait alors plus de quatorze ans que je roulais au diesel (ayant toujours dû parcourir de longs trajets) ! Après plus de 22.000 kilomètres parcourus avec la belle américaine, cependant, je ne peux que m’aligner — plus posément — sur l’avis général : ce moteur « 4 pattes » n’offre guère plus belle sonorité que celle d’une Ford Fiesta, d’une Clio ou d’une Twingo RS — pour paraphraser mes spectateurs. Comme beaucoup de propriétaires de Mustang Ecoboost, je souhaite désormais remplacer la ligne d’échappement par une version « after market » tout droit venue du pays de l’Oncle Sam, tel que le Roush Axle-Back.

Mais trêve de discussions, faites-vous une opinion subjective de cet échappement d’origine grâce à la vidéo ci-dessous. Vous découvrirez la sonorité du 4 cylindres à froid comme à chaud, sur la route et dans l’habitacle. Ensuite, je présente quelques alternatives disponibles sur les marchés américain (Roush, MBRP, Flowmaster, etc.) et européen (Milltek, Remus). Enfin, je termine cette vidéo en prenant quelques minutes afin de donner mon avis tout-à-fait personnel sur la pertinence de ce moteur Ecoboost en Europe (et plus particulièrement en Belgique) et pourquoi je l’ai choisi plutôt que le mythique V8.

Quant à ces montées en régime à froid, elles n’ont été réalisées que pour vous, mais promis, je ne le ferai plus…

Vous trouverez ci-dessous quelques liens utiles concernant les différents échappements présentés dans la vidéo. Ceci sans la moindre publicité pour l’une ou l’autre alternative, je ne suis en effet pas payé pour cela et ne toucherai pas le moindre centime si vous commandez une solution chez Roush ou Remus.

3 commentaires

  • Bonjour,

    As-tu changé ton échappement ?

    • Jérémie Chevalier

      Bonjour, oui j’ai mis un ROUSH Axle-back en mai 2017. Toujours pas eu l’occasion de faire une vidéo hélas, j’ai dû délaisser CAMM depuis quelques mois à mon grand désarroi, cela me prenait beaucoup de temps et avec mon boulot à côté, je n’en pouvais plus, j’étais vraiment crevé. Je vais essayer de m’y remettre car ça me manque énormément.

      Enfin, cela étant dit, l’échappement ROUSH Axle-back est chouette je trouve, car il n’est pas trop excessif. En fait, il faut juste changer les silencieux ; le résonateur, le catalyseur et autres pièces ne sont pas touchées. Ça ne modifie donc en rien (je pense) les émissions de CO2. Au niveau du bruit : en roulant normalement (genre croisière sur l’autoroute à 120 km/h), la différence est à peine perceptible. C’est donc très bien pour les longs trajets. Par contre dès qu’on accélère, c’est sourd à bas régime et de plus en plus aigu à haut régime, au delà de 4.500 tours. L’échappement permet quelques pétarades également. Ça le fait vraiment beaucoup au ralenti, mais en roulant c’est plus difficile de les obtenir, cela arrive surtout quand on rétrograde en freinant, après avoir tiré fort.

      De mon point de vue, c’est un bon compromis : un son plus sportif, beaucoup plus digne de la voiture (même si ce n’est pas un V8), mais pas assourdissant non plus, cela permet de faire de longs trajets avec la voiture sans avoir la tête qui bourdonne ! Pour moi c’est juste ce qu’il faut, cet échappement devrait être placé d’origine sur la Mustang Ecoboost 🙂

  • Patrick DARAN

    Bonjour,

    Quelques commentaires sur ce sujet :

    J’ai choisi la GT parce que je voulais absolument réaliser un rêve de gosse de posséder un V8. Cela dit, j’ai essayé l’Ecoboost et elle suffit amplement à volatiliser n’importe quel permis de conduire en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire !

    Ensuite je dois reconnaitre que la fiscalité Belge est franchement confiscatoire. Moi qui me plaignais des 8 000 € de malus écologique et de la taxe annuelle de 160 € en France, je me dis que suis finalement un privilégié par rapport à vous.

    Quant au moteur et à sa sonorité :

    Tout au long de son histoire, la Mustang n’a pas été exclusivement dotée d’un V8. Elle a également été motorisée par des L6, des V6 et dans les années 80/90 ………. par un 2.3 turbo !

    Si cela peut vous consoler, le V8 avec l’échappement d’origine vous donne autant envie de pleurer que l’Ecoboost. La mienne n’a conservé saligne d’origine que 3 jours, le temps d’y faire monter un catback MBRP Race.
    C’est la truffe comparée au champignon de Paris.
    Pour être honnête, s’agissant d’un H-Pipe, il y a un droning très présent entre 1700 et 1900 tr/mn. On ne peut pas tout avoir.

    Quelque soit la motorisation, cette voiture est magnifique et seul importe le plaisir que l’on a à chaque fois que l’on presse le bouton Start. :-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *