Essai Renault Espace Initiale Paris (Vidéo)

Après avoir essayé la Renault Mégane quatrième du nom, voici qu’une autre opportunité s’est immédiatement présentée : tester la nouvelle Renault Espace dans sa finition haut de gamme — Initale Paris ! Grâce à mon ami Pierre, j’ai pu évaluer le fleuron du luxe automobile à la Française. Quelles en sont les caractéristiques et les avantages ? Quid du confort, de la vie à bord et de l’équipement technologique ? Réponse en vidéo avec un essai complet sur route !

A peine avais-je bouclé l’essai de la nouvelle Renault Mégane (quatrième génération) que mon ami Pierre m’annonçait qu’il avait reçu son nouveau véhicule : Une Renault Espace Initiale Paris. J’ai rapidement compris — lui aussi d’ailleurs — que cela représentait une belle opportunité d’essai pour CAMM. En effet, la finition Initiale Paris symbolise historiquement le sommet de la gamme du constructeur au losange. La dénomination est ainsi gage de confort accru, de luxe prééminent et d’équipement pléthorique. Alors que le nouvel Espace est à lui seul une petite révolution tant par son design dynamique que son ergonomie totalement repensée (tout comme pour la Renault Mégane), il me tardait de découvrir ce que le niveau de finition Initiale Paris pouvait apporter à ce séduisant tableau. La réponse en vidéo !

La vidéo de l’essai

Ce qu’il faut retenir de cet essai

Que retenir de cet essai ? Premièrement, la Renault Espace Initiale Paris est assez proche esthétiquement des autres niveaux d’équipement, à savoir Zen et Intens. Pour s’en distinguer, elle arbore des accents de chrome supérieur sur sa calandre spécifique frappée du sigle « Initiale », autour des vitres latérales et des rétroviseurs, sur le bas des portières ainsi que sur le hayon et le pare-chocs arrière. Sans oublier les jantes 19 pouces (pneus de dimensions 235/55/R19). A l’intérieur, on retrouve un cuir souple et épais, perforé et doté de belles surpiqûres, un dessin élaboré des sièges qui en sont recouverts, un plaquage en imitation bois sur la console centrale (« Silver Wood ») ainsi qu’un plastique moussé ressemblant à s’y méprendre à du cuir cousu sur le tableau de bord. On regrettera cependant les quelques plastiques durs sur les parties inférieures qui composent l’habitacle.

Deuxièmement, je me dois d’insister sur le très bon confort de cette voiture. Des sièges souples et massants où l’on s’enfonce confortablement et dotés de larges appuis-tête, d’abord, mais aussi des suspensions à débattement réglable qui filtrent très bien les aspérités de la route tout comme les casses-vitesse ou les nids-de-poule. Ajoutez à cela une très bonne position de conduite (largement réglable également) et une bonne ergonomie où la plupart des commandes tombent sous la main, notamment grâce à une console centrale parfaitement conçue autour du conducteur. Dommage que quelques bruits parasites viennent gâcher le calme qui règne au volant. En effet, quelques petites imperfections d’assemblage entraînent ça et là des cliquetis répétés (aérateurs, montants latéraux et banquette arrière).

Troisièmement, le moteur dCi 160 ch (diesel) avec boîte automatique EDC est suffisant pour une utilisation normale du véhicule. Si le mode Eco s’avère un peu poussif (avec cela dit une consommation assez contenue), le mode Sport parvient à délivrer des accélérations plutôt franches sur les premiers rapports alors que la boîte se montre assez réactive, sans atteindre les performances d’une Steptronic de BMW. Le mode Confort reste le meilleur des deux mondes avec des réglages normaux et en prime, l’activation automatique des sièges massants. Notez qu’en plus de paramétrer la direction et la réactivité de la pédale d’accélération, le Multi-Sense de cet Espace contrôle également la suspension. Et tout ceci sur simple pression d’un bouton situé sur la console centrale, sous le levier de vitesses.

Quatrièmement, l’équipement de série fourni avec la Renault Espace Initiale Paris est particulièrement généreux, alors que les technologies de pointe sont au rendez-vous. Parmi celles-ci trouve-t-on le système R-Link 2 associé à un ensemble d’enceintes audio Bose® Surround, la reconnaissance des panneaux de limitation de vitesse, l’avertisseur d’angle mort ou de franchissement de ligne, les phares LED avec commutation automatique route/croisement, l’air conditionné à l’arrière, les sièges électriques et massants à l’avant avec sellerie en cuir nappa, le châssis 4 Control avec roues arrières directrices ou encore la caméra de recul (liste non exhaustive, bien entendu).

Cinquième et dernier aspect que je voudrais aborder : l’habitabilité. Les rangements sont nombreux dans cette Renault Espace, avec une boîte à gants profonde qui s’ouvre à la manière d’un tiroir de bureau, un compartiment abyssal et réfrigéré situé sous l’accoudoir, des vides-poches permettant d’y loger une bouteille d’eau, quelques trappes ici et là ainsi qu’un coffre évidemment très volumineux et fonctionnel. J’ai apprécié que le coffre puisse s’ouvrir et se fermer automatiquement par la simple pression d’un bouton (Pack City), tout comme les sièges de la banquette arrière se rabattent automatiquement (appuis-tête compris) par la même technique. Quant à l’attache-remorque, ce dernier est escamotable en un tour de main… sans la moindre contorsion !

Quelques chiffres clés

Le Renault Espace Initiale Paris est disponible à partir de 46.250 €1 avec le moteur 1,6 L dCi (diesel) de 160 ch couplé à la boîte automatique EDC à six rapports. Son homologue essence est un peu moins onéreux : 44.750 € avec le moteur 1,6 L TCe de 200 ch doté lui aussi d’une boîte automatique, mais cette fois à sept rapports.

Les caractéristiques des moteurs sont les suivants :

  • Le 1,6 L dCi diesel (1.598 cc) est un 4 cylindres turbocompressé développant 160 ch pour 380 Nm de couple maximal. La vitesse maximale annoncée est de 202 km/h. Côté consommation, le constructeur annonce 5 L/100 km en cycle urbain, 4,4 L en extra urbain et une moyenne générale de 4,6 L. Quant aux rejets de CO2, ils se chiffrent à 120 g/km.
  • Le 1,6 L TCe essence (1.618 cc) est un 4 cylindres turbocompressé développant 200 ch pour 260 Nm de couple maximal. La vitesse maximale annoncée est de 211 km/h. Côté consommation, le constructeur annonce 7,8 L/100 km en cycle urbain, 5,3 L en extra urbain et une moyenne générale de 5,3 L. Quant aux rejets de CO2, ils se chiffrent à 140 g/km.

Le poids du véhicule à vide (en ordre de marche) est de 1.684 Kg. Le volume minimal du coffre est de 240 m3 (avec la troisième rangée de sièges optionnelle) et de 660 m3 au maximum (sièges non rabattus). Ses dimensions sont les suivantes : 4.857 mm en hauteur, 1.888 mm en largeur et 1.675 en hauteur.

Enfin, voici quelques packs d’options disponibles avec la Renault Espace Initiale Paris :

  • Pack Cruising à 850 € : régulateur de vitesse adaptatif et affichage Tête Haute (présent sur le véhicule testé) ;
  • Pack City à 500 € : système de parking automatique mains libres et hayon motorisé (présent sur le véhicule testé) ;
  • Pack Hiver à 750 € : sièges arrière chauffants, pare-brise et volant chauffants ;
  • Le lecteur DVD avec écrans intégrés dans les appuis-tête avant pour 1.000 € ;
  • Deux sièges arrière supplémentaires pour 1.000 € ;
  • Le toit ouvrant panoramique à 1.100 €.

1Tarifs belges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *